30/09/2010

Col des Grangettes


J'ai fait dix fois le fond de la vallée du Chambran, il y en a qui vont croire que je ne suis pas monté au col, non mais !
Au dessus du lac de l'Eychauda, le "Collet d'Avant Foran", ça s'appelle comme ça et c'est raide.

27/09/2010

Costa Brava


Pas tout à fait mon terrain de jeu habituel.
D'après une photo prise il y a quelques années, ça n'a pas dû beaucoup changer du moins je l'espère.
Petit clin d'oeil amical aux talentueux aquarellistes catalans qui me font l'honneur de consulter et commenter ces pages de temps en temps.
Guiño amistoso a la acuarela con talento catalán que me haga el honor de ver y comentar en estas páginas de vez en cuando.

23/09/2010

Lac des Pises


Joyau de la Montagne du Lingas serti au milieu de la forêt domaniale de l'Aigoual, le lac des Pises scintille sous la lumière du jour finissant et généreux, offre au promeneur ébahi la tranquille sérénité de son intemporelle solitude. La prochaine fois je vous le chanterai.

16/09/2010

09/09/2010

En montant au Col de l'Eychauda


A droite à la crête de l'Yret, à gauche le rocher du Piéron, entre les deux le lac de l'Eychauda mais ce n'est pas là que l'on va aujourd'hui.
Je ne vous raconte pas ma vie, vous connaissez "la disparition" de Georges Perec, roman écrit sans la lettre E, et bien sans me prendre pour un pataphysicien je fonctionne désormais sans terre de sienne naturelle et sans terre d'ombre brûlée, pourquoi  me direz-vous, et bien pourquoi pas, il faut bien se donner des contraintes et c'est en une des plus contraignantes. Et vous noterez que ce message a été rédigé sans utiliser une seule fois la lettre W, les amateurs apprécieront.

07/09/2010

Invitation à la trempette


Certes le crâne de l'opérateur est exposé directement aux rayons du soleil. Mais ses orteils sont répandus dans l'onde fraîche. De sorte que l'équilibre thermique de l'installation est assuré. Ainsi configuré le dispositif est prêt à se mettre en mouvement. Objectif : étaler des couleurs pas toujours coopératives sur une feuille de papier judicieusement ourdie par un industriel inspiré. Et aussi  rendre compte de la perception que l'on a de la scène, installé que l'on est sur un gros rocher de granit. On notera la vanité tellement banale, tellement humaine d'une telle entreprise. La truite qui se cache sous la pierre n'a pas la même vision de même que la cigale qui crisse et la libellule qui crapahute. Qui es-tu, présomptueux bipède, pour prétendre détenir la vérité sur ce lieu magique alors que tu n'appréhendes en aucune manière ses dimensions spatio-temporelles ? Tant pis, j'essaie et puis basta.