27/12/2011

Fontamenta dei Mori


Tintoret, deuxième porte à gauche. Je parle du barbu qui a peint "La présentation de la vierge au temple" cf ci-après pour l'église de la Madonna del'Oro, laquelle n'est pas loin du tout, en voilà un qui savait tenir un pinceau !
Et pour ma part je ne sais pas comment on faisait au XVIe siècle les jours d'aqua alta, peut être qu'il n'y en avait pas, allez savoir, en tous cas mes connaissances en chimie me suggèrent que l'on ne devait pas recourir aux bottes en caoutchouc, par contre mon ignorance en histoire ne me dit rien du tout, dommage.
Pour le canal, mélange de vert cinabre et d'orange de cadmium, pour la gouttière aussi avec plus d'orange. D'ailleurs ce n'est pas une gouttière, c'est un égout qui essaie d'aspirer le débordement du Rio della Sensa, on a le droit de trouver cela légèrement déraisonnable et vain, mais rien de ce qui n'est pas déraisonnable n'est important c'est pourquoi je souscris sans réserve à la démarche.
Autre chose si je ne me trompe pas, à gauche dans une petite niche, la statue marrante de l'un des frères Mastelli, mais si, les fameux Mori de l'histoire.

22/12/2011

Rio della Sensa (2)

Quelques pas depuis http://aquarelles-yves-pothier.blogspot.com/2011/10/rio-della-sensa_2309.html pour réaliser cette deuxième vue du Rio della Sensa (canal de l'Ascencion bien que cela ne monte pas) dans le quartier de Cannaregio toujours immobile et silencieux sous le froid de décembre.

18/12/2011

Retour à Gaube


Ce qui m'a intéressé, la palette des tonalités que présente cette surface cristalline, les reflets d'argent où éclate le soleil, le vert profond des zones ombragées dans lesquelles se mirent les sombres pentes de résineux, les taches blanches à l'image des cumulonimbus menaçants qui se réunissent dans ce soleil d'été, levez-vous vite, orages désirés, les rochers qui transparaissent à fleur d'eau. Et puis ces pierres qui n'ont jamais bénéficié de l'attention de personne, contrairement au restaurant que l'on aperçoit à l'horizon à partir duquel les promeneurs photographient les reflets impeccables du Vignemale dans l'eau profonde.

13/12/2011

Campo dei Mori


Pas beaucoup marché depuis "Calle Brazzo"...
Sous les pavés, la place des Maures, déserte aussi et dormant sous décembre.
J'ai beaucoup de respect pour les paysages, tous les paysages, ceux des villes, des bords de mer, des montagnes, des bois et des champs.
Je ne cherche pas d'ordinaire à improviser sur la base de quelques coups de crayon esquissés à la louche. Si j'admire beaucoup ceux qui ont la capacité de le faire, je n'essaie pas de les imiter car ce n'est pas ce que je recherche. J'y vois quelques difficultés, la première, à mon avis, à moins d'être Michel Ange (ou Ingres), les traits sont souvent mal placés et cela se paie au prix fort dans le rendu final. La perspective est une science laborieuse que l'oeil n'a aucune envie d'apprendre. L'oeil grossit automatiquement les détails auxquels il croit devoir donner du sens au détriment des vastes espaces de friches inutiles, la main qui tient le crayon fait pareil, mais le spectateur ne s'y retrouve plus. Et la perspective, ce n'est pas seulement une histoire de points de fuite, c'est tout une organisation des plans dans le cadre.
Ceci étant ce qui m'intéresse, ce n'est pas le paysage que j'ai dans la tête et qui ne m'apprend rien, c'est bien celui qui se trouve devant moi, riche de ses détails complètement contingents mais tellement précieux qui lui donnent sa réalité. J'évite de le modifier contrairement à ce qui est indiqué partout, sauf s'il comporte des détails illisibles que je ne saurais pas rendre sur le papier et que le spectateur ne pourrait pas reconstituer. Je respecte le paysage et je ne prétends pas apprendre leurs reflets aux pavés, leurs formes tourmentées mais volontaires aux rochers, leur foisonnement aux feuillages, leurs lignes de force aux nuages.
Pour le traitement de la couleur, c'est une tout autre histoire...

02/12/2011

Retour Calle Brazzo


Et je profite de ce petit flash back 29X39 pour vous entretenir de la méthode utilisée ici car il y en a une et vous allez voir que c'est relativement simple. Etape 1, la plus instructive : réaliser un dessin soigné, je sais que ce n'est pas conseillé, mais j'assume. Etape 2, la plus marrante : pourrir méthodiquement les efforts laborieux de la phase 1 en badigeonnant le support à grands coups de brosse aléatoires, au bout du compte l'important c'est de rassembler à peu près les couleurs souhaités dans la région approximative qui convient. A cette étape pour éviter toute erreur le mieux est de mettre le support à l'envers. Etape 3, la plus agréable : S'armer de patience et oeuvrer à récupérer le désastre qui résulte de l'étape 2. Après ça vous pouvez vous replonger dans la lecture de Calvin et Hobbes, vous l'avez bien mérité.