01/08/2007

Histoire d'eau

L'aquarelle c'est beaucoup du plaisir, voire de l'exaltation quand cela fonctionne, c'est souvent aussi de la déception et du dépit quand cela tourne mal. Et les réussites d'un jour paraissent parfois bien fades le lendemain. C'est un vrai boulot qui demande beaucoup d'énergie, une tension qui ne s'apaise que quand on repose le pinceau.

Comme on pourra le voir ici mes sujets de prédilection sont les paysages et les scènes champêtres. Ce n'est pas par hasard. Lorsque je les reproduis mon objectif est de recréer la magie de ce contact naturel, de le revivre, d'une certaine façon de le stocker, et aussi de le transmettre. Autant dire que les scènes représentées sont toutes vécues, les cartes postales ou photos de magazines ne m'inspirent guère.

Si j'avais le choix je m'en tiendrais à l'exécution d'après nature qui donne toujours de meilleurs résultats car elle permet de retranscrire directement une impression. Ma vie étant ce qu'elle est, la reprise d'une photo prise sur l'instant est un pis-aller nécessaire qui m'oblige à un effort de mémoire en réalité pas surhumain, je garde très présent à l'esprit les sensations ressenties dans les lieux que j'ai traversés.

J'ai toujours aimé dessiner, mais je me suis lancé depuis quelques temps dans la couleur en adoptant l'aquarelle qui nécessite un matériel peu volumineux tenant dans un sac à dos. Les résultats peuvent en être spectaculaires comme le montrent les grands maîtres de cet art qui sont nombreux. Il me reste beaucoup à apprendre de leur fréquentation et je me réjouis de cette perspective.

Aucun commentaire: