06/03/2009

En travaux










Il y a deux catégories d'aquarellistes : ceux qui maîtrisent internet et les autres. On ne peut pas dire que ce soit un scoop inoubliable.
Je prends la première catégorie. Là encore deux variétés : il y a ceux qui se préoccupent de retraduire et d'accompagner l'émotion qu'ils ont ressentie dans une situation, par exemple face à un paysage. Yann Lesacher (http://yal.over-blog.com/) est de ceux là et je ne me lasse pas de ses paysages légers et subtiles et de ses commentaires ironiques. Il y a aussi ceux qui se concentrent sur la technique comme l'extraordinaire http://www.handprint.com/HP/WCL/water.html où j'ai ai trouvé quelque chose que je cherchais depuis longtemps : un cercle chromatique détaillé avec les positions des principales couleurs du commerce. Génial, non ? Je veux dire : pour trouver la complémentaire, autrement c'est vrai que pour préparer le bœuf carotte ça n'aide pas beaucoup. On aura compris que je me sens plus proche de la première catégorie que de la seconde, même si j'explore allègrement les "techniciens" à mes heures (merci http://masmoulin.blog.lemonde.fr/).
Ce site (le mien) est en travaux en ce moment, ou plutôt c'est son auteur, phase de transition, petites et grandes remises en cause.
Le réalisme n'est pas un problème pour moi, pas une question. C'est un support, je n'imagine pas de me consacrer à une peinture qui ne s'appuie pas sur une situation dont je cherche à reproduire l'émotion. Même si je peux être naturellement intellectuellement sensible à des œuvres totalement abstraites, ce n'est pas ce que je cherche à faire. Dans ce cadre le dessin vient assez spontanément, il est plus ou moins raté, ok, reste aussi à trouver le bon cadrage, c'est important mais en gros on sait où on va. Naturellement il y a aussi le choix du sujet. Un bel endroit, ce n'est pas toujours un bon sujet, Sisley et bien d'autres l'ont bien montré et une bonne vieille cabane peut faire un chef d'œuvre inoubliable. Et puis il y a la couleur. Je regarde Sargent, Lucian Freud et d'autres comme Gilles Durand http://www.gillesdurand.fr/index.html
et je suis rempli d'admiration pour la capacité dont ces artistes font preuve pour mettre en scène des rapports de couleurs qui tout en s'éloignant d'une représentation fidèle d'une réalité photographique exacerbent les teintes et accèdent ainsi à une représentation décuplée de la réalité.
C'est là que l'aquarelle amateur s'écarte sensiblement de la cuisine familiale. Pour le bœuf carotte il y a http://www.marmiton.org/. Mais pour l'alchimie des bleus et les ocres chez Sargent c'est une autre paire de manches.

3 commentaires:

masmoulin a dit…

Yves,
Merci pour le "bœuf carotte".
Merci pour ton article très explicite sur ce qui t'anime, t'intéresse.
Merci pour tes liens, don celui de notre ami Yann.
Merci aussi d'avoir cité mon blog. Il n'est pas en chantier, c'est lemonde.fr qui avait un problème,qui a duré mercredi. tout l'après-midi.
Amitiés

hypo a dit…

Et merci pour le commentaire. Je me suis mal exprimé, le site en travaux c'est le mien et non Masmoulin, toujours aussi prolixe !

yann a dit…

Merci à toi, Yves, d'abord, pour cette belle approche que tu as de la peinture en général, et puis pour cet aimable lien..

Très bonne continuation