14/03/2009

L'important c'est Dürer

J'apprécie tout particulièrement les réalisations spectaculaires de Béatrice http://beatricehorellou.over-blog.com/ basées sur un dessin impeccable réhaussé de traces d'aquarelles et je lui ai dit. Pardon Béatrice, ce ne sont pas de VRAIES aquarelles, dont acte et j'attends ces dernières avec impatience. Et quand vous me renvoyez vers Dürer chez qui aquarelle et traits marqués sont associés, je comprends mieux. C'est très juste et je crois que vous avez regardé de près les travaux de ce grand artiste.
Précisément en feuilletant Dürer en particulier sur http://www.photo.rmn.fr/ je tombe sur cette oeuvre, je recherchais précisément un exemple des pièges du traitement des reflets dans l'eau, un exercice auquel les aquarellistes se prêtent plus que de raison. On en parle certainement dans l'ouvrage sur la perspective cité par Annie Trégourès (http://www.aquarelle-en-liberte.fr/blog/?p=360). Avec tout le respect dû à ce grand maître, cette maison de pêcheur au bord d'un lac ne devrait pas se refléter aussi profondément dans l'eau. On a naturellement envie de traiter cet effet par symétrie par rapport à la rive alors qu'il faut s'imaginer l'image que l'on aurait si on était situé sous le niveau de l'eau. Aquareller avec un tuba, ça doit pas être simple mais je suis sûr que je vais trouver un blogger qui l'a fait.

2 commentaires:

yann a dit…

Très interessant.

Mais je crains que ton histoire de tuba, très amusante, ne soit saugrenue..
Je suis curieux de savoir où as-tu pu lire une chose aussi étrange, car un reflet dans l'eau peut bien sur, être en parfaite symétrie avec son équivalent en surface..

Tu me diras ce que tu en penses... :)

hypo a dit…

J'avoue que discuter reflets dans l'eau avec un spécialiste de la Bretagne par ses contours, c'est pas très habile de ma part, en même temps c'est un vrai challenge comme on dit dans la vraie vie, la suite bientôt, je fourbis mes arguments...